Comment bien choisir son freelance

De plus en plus, les entreprises font appel à des travailleurs indépendants lorsqu’ils ont besoin d’une expertise donnée (développement web, rédaction, graphisme, etc). Pour trouver un bon freelance, il faudra cependant définir certains aspects liés à votre projet. De même, il faudra s’intéresser à la qualité de ses réalisations. Voici quelques conseils pour bien choisir son freelance.

Définir les besoins du projet

Cette étape est essentielle pour la réussite de tout projet pour lequel vous recherchez un prestataire. La première chose à effectuer reste donc de définir vos besoins, en vue de trouver le profil qui soit le plus en mesure de répondre à vos critères de recherche. C’est à partir de vos attentes que vous pourrez rédiger le cahier de charges qui répertorie toutes les missions qui devront être réalisées par le prestataire. Pour simplifier vos recherches, découvrez cette plateforme dédiée.

S’organiser dans ses recherches

Il est important de bien s’organiser pour trouver le freelance qui correspond à vos besoins. Évitez donc de vous éparpiller en recherchant sur tous les canaux de communication. Procédez de manière stratégique, en dressant une liste des freelances susceptibles de vous intéresser. Effectuez ensuite des recherches sur chacun de ces prestataires pour vous faire une idée sur leurs compétences. Par ailleurs, l’organisation et la comparaison sont indispensables pour trouver un bon freelance dont les tarifs correspondent à votre budget.

S’intéresser aux réalisations

L’erreur que vous pourriez commettre est de confier votre projet à un travailleur indépendant sans avoir eu un aperçu sur son travail. De la même manière qu’on visite un appartement avant d’y aménager, vous devez vous intéresser aux réalisations dudit freelance. Demandez-lui de vous fournir quelques références qui vous permettront d’évaluer vous-même la qualité de ses prestations. Il faudra ensuite vous renseigner sur sa disponibilité et ses projets en cours. En effet, selon le délai de livraison prévu, vous pourriez avoir besoin d’un freelance totalement disponible ou non.

Les avantages de la reconversion professionnelle

De plus en plus de Français se reconvertissent professionnellement pour saisir d’autres opportunités plus attrayantes. Pourquoi cet engouement soudain pour un autre métier ? La réponse.

 

Changer de cap professionnel permet de bénéficier d’une meilleure chance en termes d’employabilité.

Ce n’est pas pour rien si des millions de personnes décident de se réorienter vers d’autres domaines pour être plus sûrs de réussir professionnellement. Autrement dit, le changement de métier est un choix qui s’assume et qui aboutit, le plus souvent, à une situation bien plus confortable aussi bien humainement que financièrement. D’ailleurs, les formations diplômantes proposées par des organismes privés et étatiques se renouvellent périodiquement, ce qui offre un taux d’employabilité beaucoup plus élevé. Elles garantissent également une excellente compétence pour les personnes désireuses de chercher un poste plus intéressant.

 

La reconversion professionnelle est une source d’épanouissement personnel.

Que ce soit pour réaliser son rêve d’enfance ou tout simplement pour se tourner vers un secteur plus en phase avec ses ambitions professionnelles, un travailleur a besoin de faire quelque chose qu’il aime et qui le tient à cœur. Par conséquent, la reconversion peut être le meilleur moyen de gagner en motivation tout en se sentant bien dans sa peau. Dans cette optique, certaines personnes n’hésitent pas à sauter le pas en optant pour un métier plus passionnant bien que, parfois, cela demande certains sacrifices. Ce qui compte pour elles c’est d’avoir l’occasion de développer leurs idées et d’exprimer leur talent. De toute façon, le bien-être professionnel est une chose qui n’a pas de prix.

 

Ce qu’il faut savoir pour réussir une reconversion professionnelle.

Se lancer dans la conquête d’un nouvel horizon professionnel n’est pas toujours chose facile, et cela même si le projet a été bien planifié. Oui, un nouveau métier implique un temps d’adaptation parfois assez pénible. Mais avec une bonne volonté de briller dans son domaine de prédilection, le succès est à portée de main.

Effectivement, il faut avoir du courage étant donné que tout ne se déroule pas toujours comme prévu. Mais quoi qu’il en soit, une telle chose ne devrait, en aucun cas, représenter un obstacle majeur. Au contraire, le mieux serait de voir les choses en grands, de valoriser ses acquis pour prendre une nouvelle forme d’appui dans ce nouvel univers.

Quelles sont les stratégies pour réussir sa recherche d’emploi ?

Trouver un travail n’est pas une mission facile pour les chômeurs malgré les nombreuses offres proposées par les employeurs. Ces derniers sont très sélectifs dès la réception du curriculum vitae et des lettres de motivations. Ainsi, pour réussir, il est important d’adopter une bonne stratégie pour entrer dans le marché du travail.

 

Déterminer ses objectifs professionnels

Avant d’envoyer la demande d’emploi, il est indispensable de clarifier son objectif professionnel. En effet, cette première étape est d’une grande aide pour le chômeur parce qu’il peut connaitre réellement ses attentes. De ce fait, il faut procéder à un petit bilan personnel c’est-à-dire essayer de définir la zone géographique, le salaire, les compétences et surtout le poste à occuper. Cela facilitera à la personne concernée de cibler ses recherches de manière plus aisée et de trouver un travail qui correspond le plus à son profil ou à ses compétences. Par la suite, il est recommandé de consulter les différentes annonces que ce soit dans les journaux ou sur le web. Pour maximiser la chance, le sujet doit développer son réseau de contacts dans le but d’identifier facilement l’individu qui est susceptible de l’aider dans la recherche de travail. Il est également intéressant de s’inscrire à pôle emploi en délivrant toutes les informations nécessaires pour qu’il puisse mieux orienter le demandeur vers une carrière qui répond à ses besoins.

 

Mettre en valeur ses compétences

Vendre ses compétences est une manière efficace pour décrocher un emploi. Pour ce faire, il faut commencer par mettre à jour le CV en mentionnant les postes occupés, les stages ou les formations effectués récemment. Cela augmentera la visibilité du dossier lors des recherches faites par les recruteurs. Par la suite, il est indispensable de bien se préparer pour un éventuel entretien afin d’épater l’employeur. Effectivement, se renseigner sur l’entreprise et collecter un maximum d’informations sur le poste à pourvoir font preuve de sérieux et de motivation. Au moment venu, le demandeur doit se montrer capable et trouver toutes les réponses aux questions posées pendant l’entrevue. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de mettre en avant ses expériences professionnelles, ses compétences, ses parcours ainsi que ses atouts.

Statut Auto-Entrepreneur : les raisons de se lancer

Alors que les enjeux sociétaux ne cessent de défrayer la chronique à l’image de l’obésité ou encore de l’addiction aux écrans et de ses conséquences néfastes sur le comportement, le monde du travail connait aussi une petite révolution. Alors que les attentes des salariés ne correspondent plus au mode de management actuel, de nombreuses autres notions structurelles impactent le marché de l’emploi. En effet, alors que les générations passées menaient leur carrière dans une seule et même entreprise, actuellement il est possible de cumuler une dizaine de postes sur une carrière, mais aussi de jongler sur plusieurs emplois, de cumuler plusieurs activités professionnelles. Trouver du sens au travail, être épanoui professionnellement semble être les leitmotivs pour s’accomplir. Face à cette relation de travail, vous êtes nombreux à vouloir vous lancer en tant que travailleur indépendant. Gros plan sur les raisons qui font que cette pratique se développe, se démocratise de plus en plus.

Auto-Entrepreneur, bien des avantages 

Depuis quelques années, le statut d’auto-entrepreneur séduit. D’ailleurs, les partenaires sont nombreux pour vous accompagner sur toutes les étapes de création de votre activité professionnelle. Une séduction rendue possible par la création en 2008 d’un régime simple qui favorise la création d’entreprise. Un statut qui séduit depuis plus d’un million de Français ! Tel un ovni dans le paysage des formes juridiques françaises, le statut a bien plus d’un atout.

Auto-Entrepreneur : des démarches administratives simplifiées

Vous avez décidé de vous lancer en tant qu’auto-entrepreneur. Dès lors, vous profitez d’un statut juridique simplifié vous permettant de démarrer votre activité. Quels que soient votre activité, vos envies et vos moyens, les conditions pour devenir auto-entrepreneur sont souples. Pour cela, une simple déclaration suffit et il en est de même si vous souhaitez arrêter. Côté comptabilité, là encore le dispositif est allégé. Seules la tenue d’un livre de recettes, la conservation des pièces justificatives des achats et des ventes sont indispensables. 

Auto-Entrepreneur : un régime social et fiscal avantageux

En tant que « micro-entrepreneur », vous vous acquittez des cotisations et des contributions sociales aisément. Le paiement mensuel ou trimestriel des cotisations est déterminé par l’application d’un taux de cotisation sur le chiffre d’affaires déclaré. Et, dans la veine de la dématérialisation des actes administratifs, tout se fait en ligne sur le portail des auto-entrepreneurs. Dans la mesure où le chiffre réalisé est nul, la cotisation sociale sera nulle. En marge, dépendamment du statut choisi, il est possible d’être exonéré de charges sociales. En tant qu’auto-entrepreneur, de droit, vous pouvez bénéficier d’une franchise de TVA, d’opter pour le prélèvement libératoire notamment. Pour ne pas vous tromper, il convient de vous faire épauler par des professionnels. 

Auto-Entrepreneur : le métier de ses rêves à portée 

Le dispositif de l’auto-entrepreneur vous permet d’exercer en votre propre nom une activité. Toutes les activités peuvent aussi en bénéficier. Que vous soyez un artiste, un yogiste, un rédacteur pour une plateforme de netlinking clés en main … la palette de métiers possible est importante. Le cumul du statut d’autoentrepreneur et celui de salarié sont également envisageables. Bien entendu, mieux vaut vous rapprocher de votre RH pour en connaître les modalités de réalisation, les contraintes éventuelles aussi. En effet en tant qu’auto-entrepreneur vous devez demander une autorisation écrite et opter pour un emploi qui ne fasse pas concurrence à votre employeur. 

Offre d’emploi : mentionner le salaire

Les entreprises ne mentionnent la rémunération que très rarement, sauf pour les postes très sollicités. Toutefois, les candidats souhaitent connaître a priori le salaire, avant de déposer leur candidature.

La rémunération, un des critères importants aux yeux des candidats

Les recruteurs se basent sur le poste et l’expérience exigée, afin de déterminer s’il faut mentionner ou non le salaire. Selon le résultat de l’enquête menée à l’initiative d’OpinionWay, en 2014, les postulants français considèrent la rémunération comme l’un des critères essentiels. Outre le descriptif ou les futures missions et la situation géographique, ils s’intéressent au montant de la rémunération. Pour augmenter ainsi la chance de tomber sur des candidats potentiels, il vaut mieux indiquer le salaire.

Une information non obligatoire

Jusqu’à présent, aucune loi n’oblige les entreprises de mentionner le salaire à travers leurs offres d’emploi. Pourtant, il fait partie des informations importantes aux yeux des candidats. Les recruteurs n’hésitent généralement pas à indiquer, de façon explicite, le salaire pour certains postes, comme le commercial. Ils montrent clairement la rémunération, par exemple, pour un métier de commercial sédentaire. Ils n’hésitent même pas à indiquer le salaire fixe. Ils mettent aussi l’accent sur les différents types d’avantages au profit des futurs salariés. Ils incluent généralement les primes de vacances, les primes d’enfants, l’épargne salariale, etc.

Néanmoins, les informations relatives au salaire restent minimes pour d’autres postes, comme le chargé de communication. Les embaucheurs ont, parfois, tendance à ignorer la partie pour les avantages. Or, pour attirer l’attention des candidats talentueux, l’idéal reste de ne pas négliger la ligne rémunération. Cette pratique doit donc faire partie des habitudes des recruteurs lors de la rédaction des offres d’emploi.

Comment les candidats voient-ils les formules creuses ?

Les candidats potentiels restent souvent vigilants face aux offres qui mettent en relief des formules creuses. Tout comme dans d’autres domaines, un flou correspond à un domaine qui n’est pas trop clair. Les recruteurs feront ainsi mieux d’éviter les expressions banales, comme « rémunération intéressante », « salaire selon le profil ou l’expérience », « rémunération à négocier », etc. Ce genre d’informations risque, d’ailleurs, de décevoir les postulants. Effectivement, par « rémunération attractive », ils s’attendent à un salaire qui dépasse largement la rémunération proposée par d’autres entreprises.

Le salaire est aussi soumis à la loi de l’offre et de la demande. Voilà pourquoi la rémunération dans le secteur de la culture se limite au SMIC. Tandis qu’un salarié dans le BTP peut toucher plus de 50 000 euros bruts par an. Les candidats s’attendent donc à une information précise sur le salaire, même si elle ne concerne qu’une fourchette. Si les entreprises s’apprêtent à faire profiter aux nouvelles recrues des avantages particuliers, comme le prime d’intéressement, les chèques voyage ou autres, il faut les mentionner.

Comment inciter davantage de profils à travailler pour votre compte ?

C’est un fait ! Afin de garantir la réussite de votre entreprise, vous devez vous entourer des meilleurs. Cela peut être quitte à débaucher des prestataires d’un de vos concurrents. Le problème étant que le nombre de postulants diminue de plus en plus dans certains domaines. Les salariés sont tentés de se lancer à leur compte et de devenir consultants. Comment faire pour inciter davantage de postulants ? Voici quelques techniques.

Un accompagnement professionnel dans la rédaction des annonces

Tout est dans la rédaction de vos annonces. Elles doivent non seulement donner envie, mais doivent aussi présenter sous les meilleurs auspices votre entreprise. Il ne suffit pas d’insister sur les spécificités du profil que vous recherchez.

Pour séduire les meilleurs profils, un accompagnement professionnel dans la rédaction de vos annonces de vacances de poste peut s’avérer être utile. Des experts vous conseilleront sur les tournures à employer et les informations à insérer dans cette dernière pour booster les candidatures.

Proposer un système de candidature spontanée

De plus en plus de sites proposent également un système de candidature spontanée de nos jours. Ce qui incite davantage de personnes à postuler. Cette technique vous permet également d’éluder les publications sur les sites de recrutement en tout genre. Et cela permet d’instaurer de meilleures relations avec vos collaborateurs.

Cependant, question de management oblige, vous devez avoir un service spécialisé dans la gestion des candidatures. Vous pouvez entre autres sous-traiter cette partie à une agence de recrutement spécifique afin de ne pas crouler sous les dossiers. Le principe consiste tout de même à permettre l’envoi de CV et de lettre de motivation à n’importe quel moment.

Insister sur les avantages de votre société

Les salariés sont plus attirés par l’ambiance et les avantages dans une société de nos jours. Pour attirer les jeunes candidatures, il faudra insister sur la présence des appareils high-tech, le respect des normes informatiques et web, etc. Pour séduire les personnes d’un certain âge avec une certaine expérience, il faudra insister sur le cadre de travail, les avantages sociaux, etc. dans tous les cas, vous ne devez pas minimiser l’importance des différents points positifs de votre entreprise.

En outre, une brève présentation de votre activité et des années d’expérience dont vous êtes dotés ne serait pas du luxe. Il ne faut pas oublier qu’un emploi peut aussi impacter sur la qualité des CV. Ce sont donc des détails qui peuvent aider à convaincre certains postulants, notamment les meilleurs.

Sur votre site, ne vous contentez pas d’un historique de 1 000 mots. Proposez des images, des photos et des statistiques afin de rassurer vos postulants. Il n’est pas rare que les candidats fassent des recherches sur les marques avant d’envoyer leur candidature.

Comment choisir le bon candidat pour une offre d’emploi ?

Les démarches pour le recrutement d’un bon candidat coûtent cher à l’entreprise. C’est pour cela qu’il est primordial de mettre en place la bonne stratégie pour dénicher la perle rare pour occuper le poste. Le bon talent est celui qui participera au développement de l’activité et qui apportera de la valeur ajoutée à l’employeur. Découvrez les bons outils à utiliser pour mieux cerner le candidat à recruter.

Comment bien préparer le recrutement ?

Avant toute chose, il est indispensable pour l’employeur de comprendre que le recrutement doit se faire au bon moment. Il doit s’agir d’un vrai besoin dans l’entreprise et les profils à recruter doivent être déjà identifiés depuis un bon bout de temps. Au moment du recrutement, les acteurs concernés se doivent d’être réactifs par rapport à la bonne décision à prendre. Une bonne organisation d’un processus de recrutement consiste à organiser les entretiens, à recueillir les feedbacks des collaborateurs, à fixer un deadline pour annoncer au candidat le verdict. Il faut que le recruteur ait un emploi du temps clair afin de ne pas passer à côté du bon candidat. Il arrive que si l’attente est trop longue pour la décision, le candidat pourra être pris ailleurs.

Comment détecter le bon candidat ?

Un bon recruteur doit agir vite dans la prise de décision lorsqu’il se trouve en face d’un bon candidat. Ce dernier est facile à reconnaître, car il correspond le plus au profil demandé par le poste. Lors de l’entretien, il va briller à l’expression orale comme à l’écrit, il aura une aisance relationnelle palpable. Entre autres, il va réussir aux différents tests techniques et sera probablement très réactif aux mises en situation diverse. Ce sont ces informations que les acteurs concernés vont croiser et analyser pour savoir si le candidat a la bonne posture, l’endurance ou encore le talent recherché pour le poste. La bonne décision doit-être prise dans le plus bref délai, mais elle ne doit pas être non plus irrationnelle. La perle rare est souvent élue à l’unanimité par les recruteurs. S’il y a de la concurrence, un deuxième entretien peut aider l’entreprise à départager les candidats.

Comment une question pertinente peut-elle faire toute la différence ?

Il arrive souvent que de nombreux candidats répondent aux compétences demandées par l’offre d’emploi. Il en est de même lors de l’entretien avec les candidats, il est difficile de détecter le talent rare, car tout le monde est exceptionnel. C’est là que l’intervention d’une bonne stratégie est salvatrice. Avec des compétences égales, comment faire la différence pour choisir le bon candidat ? Le plus important est d’anticiper la valeur ajoutée d’un candidat pour le poste dans les mois à venir. Pour y parvenir, le recruteur doit mettre à plat certaines questions telles que : a-t-il un raisonnement créatif ? Ou encore a-t-il une aisance relationnelle ?