Offre d’emploi : mentionner le salaire

Les entreprises ne mentionnent la rémunération que très rarement, sauf pour les postes très sollicités. Toutefois, les candidats souhaitent connaître a priori le salaire, avant de déposer leur candidature.

La rémunération, un des critères importants aux yeux des candidats

Les recruteurs se basent sur le poste et l’expérience exigée, afin de déterminer s’il faut mentionner ou non le salaire. Selon le résultat de l’enquête menée à l’initiative d’OpinionWay, en 2014, les postulants français considèrent la rémunération comme l’un des critères essentiels. Outre le descriptif ou les futures missions et la situation géographique, ils s’intéressent au montant de la rémunération. Pour augmenter ainsi la chance de tomber sur des candidats potentiels, il vaut mieux indiquer le salaire.

Une information non obligatoire

Jusqu’à présent, aucune loi n’oblige les entreprises de mentionner le salaire à travers leurs offres d’emploi. Pourtant, il fait partie des informations importantes aux yeux des candidats. Les recruteurs n’hésitent généralement pas à indiquer, de façon explicite, le salaire pour certains postes, comme le commercial. Ils montrent clairement la rémunération, par exemple, pour un métier de commercial sédentaire. Ils n’hésitent même pas à indiquer le salaire fixe. Ils mettent aussi l’accent sur les différents types d’avantages au profit des futurs salariés. Ils incluent généralement les primes de vacances, les primes d’enfants, l’épargne salariale, etc.

Néanmoins, les informations relatives au salaire restent minimes pour d’autres postes, comme le chargé de communication. Les embaucheurs ont, parfois, tendance à ignorer la partie pour les avantages. Or, pour attirer l’attention des candidats talentueux, l’idéal reste de ne pas négliger la ligne rémunération. Cette pratique doit donc faire partie des habitudes des recruteurs lors de la rédaction des offres d’emploi.

Comment les candidats voient-ils les formules creuses ?

Les candidats potentiels restent souvent vigilants face aux offres qui mettent en relief des formules creuses. Tout comme dans d’autres domaines, un flou correspond à un domaine qui n’est pas trop clair. Les recruteurs feront ainsi mieux d’éviter les expressions banales, comme « rémunération intéressante », « salaire selon le profil ou l’expérience », « rémunération à négocier », etc. Ce genre d’informations risque, d’ailleurs, de décevoir les postulants. Effectivement, par « rémunération attractive », ils s’attendent à un salaire qui dépasse largement la rémunération proposée par d’autres entreprises.

Le salaire est aussi soumis à la loi de l’offre et de la demande. Voilà pourquoi la rémunération dans le secteur de la culture se limite au SMIC. Tandis qu’un salarié dans le BTP peut toucher plus de 50 000 euros bruts par an. Les candidats s’attendent donc à une information précise sur le salaire, même si elle ne concerne qu’une fourchette. Si les entreprises s’apprêtent à faire profiter aux nouvelles recrues des avantages particuliers, comme le prime d’intéressement, les chèques voyage ou autres, il faut les mentionner.

Comment inciter davantage de profils à travailler pour votre compte ?

C’est un fait ! Afin de garantir la réussite de votre entreprise, vous devez vous entourer des meilleurs. Cela peut être quitte à débaucher des prestataires d’un de vos concurrents. Le problème étant que le nombre de postulants diminue de plus en plus dans certains domaines. Les salariés sont tentés de se lancer à leur compte et de devenir consultants. Comment faire pour inciter davantage de postulants ? Voici quelques techniques.

Un accompagnement professionnel dans la rédaction des annonces

Tout est dans la rédaction de vos annonces. Elles doivent non seulement donner envie, mais doivent aussi présenter sous les meilleurs auspices votre entreprise. Il ne suffit pas d’insister sur les spécificités du profil que vous recherchez.

Pour séduire les meilleurs profils, un accompagnement professionnel dans la rédaction de vos annonces de vacances de poste peut s’avérer être utile. Des experts vous conseilleront sur les tournures à employer et les informations à insérer dans cette dernière pour booster les candidatures.

Proposer un système de candidature spontanée

De plus en plus de sites proposent également un système de candidature spontanée de nos jours. Ce qui incite davantage de personnes à postuler. Cette technique vous permet également d’éluder les publications sur les sites de recrutement en tout genre. Et cela permet d’instaurer de meilleures relations avec vos collaborateurs.

Cependant, question de management oblige, vous devez avoir un service spécialisé dans la gestion des candidatures. Vous pouvez entre autres sous-traiter cette partie à une agence de recrutement spécifique afin de ne pas crouler sous les dossiers. Le principe consiste tout de même à permettre l’envoi de CV et de lettre de motivation à n’importe quel moment.

Insister sur les avantages de votre société

Les salariés sont plus attirés par l’ambiance et les avantages dans une société de nos jours. Pour attirer les jeunes candidatures, il faudra insister sur la présence des appareils high-tech, le respect des normes informatiques et web, etc. Pour séduire les personnes d’un certain âge avec une certaine expérience, il faudra insister sur le cadre de travail, les avantages sociaux, etc. dans tous les cas, vous ne devez pas minimiser l’importance des différents points positifs de votre entreprise.

En outre, une brève présentation de votre activité et des années d’expérience dont vous êtes dotés ne serait pas du luxe. Il ne faut pas oublier qu’un emploi peut aussi impacter sur la qualité des CV. Ce sont donc des détails qui peuvent aider à convaincre certains postulants, notamment les meilleurs.

Sur votre site, ne vous contentez pas d’un historique de 1 000 mots. Proposez des images, des photos et des statistiques afin de rassurer vos postulants. Il n’est pas rare que les candidats fassent des recherches sur les marques avant d’envoyer leur candidature.

Comment choisir le bon candidat pour une offre d’emploi ?

Les démarches pour le recrutement d’un bon candidat coûtent cher à l’entreprise. C’est pour cela qu’il est primordial de mettre en place la bonne stratégie pour dénicher la perle rare pour occuper le poste. Le bon talent est celui qui participera au développement de l’activité et qui apportera de la valeur ajoutée à l’employeur. Découvrez les bons outils à utiliser pour mieux cerner le candidat à recruter.

Comment bien préparer le recrutement ?

Avant toute chose, il est indispensable pour l’employeur de comprendre que le recrutement doit se faire au bon moment. Il doit s’agir d’un vrai besoin dans l’entreprise et les profils à recruter doivent être déjà identifiés depuis un bon bout de temps. Au moment du recrutement, les acteurs concernés se doivent d’être réactifs par rapport à la bonne décision à prendre. Une bonne organisation d’un processus de recrutement consiste à organiser les entretiens, à recueillir les feedbacks des collaborateurs, à fixer un deadline pour annoncer au candidat le verdict. Il faut que le recruteur ait un emploi du temps clair afin de ne pas passer à côté du bon candidat. Il arrive que si l’attente est trop longue pour la décision, le candidat pourra être pris ailleurs.

Comment détecter le bon candidat ?

Un bon recruteur doit agir vite dans la prise de décision lorsqu’il se trouve en face d’un bon candidat. Ce dernier est facile à reconnaître, car il correspond le plus au profil demandé par le poste. Lors de l’entretien, il va briller à l’expression orale comme à l’écrit, il aura une aisance relationnelle palpable. Entre autres, il va réussir aux différents tests techniques et sera probablement très réactif aux mises en situation diverse. Ce sont ces informations que les acteurs concernés vont croiser et analyser pour savoir si le candidat a la bonne posture, l’endurance ou encore le talent recherché pour le poste. La bonne décision doit-être prise dans le plus bref délai, mais elle ne doit pas être non plus irrationnelle. La perle rare est souvent élue à l’unanimité par les recruteurs. S’il y a de la concurrence, un deuxième entretien peut aider l’entreprise à départager les candidats.

Comment une question pertinente peut-elle faire toute la différence ?

Il arrive souvent que de nombreux candidats répondent aux compétences demandées par l’offre d’emploi. Il en est de même lors de l’entretien avec les candidats, il est difficile de détecter le talent rare, car tout le monde est exceptionnel. C’est là que l’intervention d’une bonne stratégie est salvatrice. Avec des compétences égales, comment faire la différence pour choisir le bon candidat ? Le plus important est d’anticiper la valeur ajoutée d’un candidat pour le poste dans les mois à venir. Pour y parvenir, le recruteur doit mettre à plat certaines questions telles que : a-t-il un raisonnement créatif ? Ou encore a-t-il une aisance relationnelle ?