Selon l’éminent économiste Adam Smith, père de l’économie politique, la division du travail consiste en une répartition toujours plus spécialisée du processus de production de sorte que chaque travailleur peut devenir spécialiste de l’étape de la production à laquelle il se dédie, accroissant donc l’efficacité de son travail, et sa productivité.

Ses enjeux

D’un point de vue économique, la division du travail a pour but de faire croître la productivité du travail, d’en augmenter l’efficacité, mais parfois au prix de la qualité et des conditions de vie dans les entreprises et les industries. C’est là que réside tout l’enjeu de cette discipline. Toujours d’après Adam Smith, une répartition correcte des tâches contribue à améliorer le processus de production, et ainsi à augmenter la productivité entrainante, par conséquent, une croissance des richesses produites. En effet, l’habileté des ouvriers répétant les mêmes gestes s’accroît fortement. Les temps morts occasionnés par les changements d’outils ou de postes de travail sont supprimés et la mise en place du machinisme se révèle plus aisée. Il est question ici alors de travail à la chaîne qui est actuellement un vrai indispensable au sein des industries et des firmes. Cependant, A. Smith avait lui-même mis en évidence les limites et dangers d’une telle division du travail qui pourrait impacter sur l’évolution intellectuelle des ouvriers. Karl Marx va même plus loin en dénonçant ce genre de pratique comme étant du capitalisme pur empêchant les ouvriers de s’affirmer ou de s’accomplir en le ressentant alors comme une contrainte, et une source de démotivation.

Les types de division du travail

  • La division sociale du travail : elle correspond à la spécialisation des tâches au sein d’une société, entre des individus, des métiers ou des groupes sociaux différents.
  • La division technique du travail : c’est la décomposition d’une tâche au sein d’une entreprise en une série de tâches parcellaires, confiées à des individus ou à des groupes d’individus spécialisés et souvent peu qualifiés. Elle a été l’un des facteurs importants du développement de l’économie et des gains de productivité dans les sociétés.
  • La division internationale du travail (DIT) : il s’agit du partage rationnel des activités de production à l’échelle mondiale, aboutissant à une spécialisation de chaque pays dans les domaines où il est le plus efficace.
  • La division sexuelle du travail : c’est la répartition institutionnelle ou culturelle des activités de production entre les sexes.

D’après ce qui a été vu, la division du travail est un principe qui a pris place dans beaucoup d’organisations jusqu’à maintenant. Elle est vue par la majorité comme une source de productivité et de succès même si certains économistes y ont vu un danger pour le côté humain des employés qui travaillent à la chaine.